PREDATORS

Publié le

(USA/2010/1h45)

Réalisé par Nimrod Antal

 

  
Avec Adrien Brody, Alice Braga, Topher Grace, Danny Trejo, Larry Fishburne

Genre : SF/Action

Date de sortie cinéma : 14 juillet 2010

Royce, un mercenaire, se retrouve obligé de mener un groupe de combattants d’élite sur une planète étrangère. Ils vont vite comprendre qu’ils ont été rassemblés pour servir de gibier. A une exception près, tous sont des tueurs implacables – des mercenaires, des yakuzas, des condamnés, des membres d’escadrons de la mort ; des « prédateurs » humains qui sont à présent systématiquement traqués et éliminés par une nouvelle génération de Predators extraterrestres. Voici l’affrontement sans pitié de tueurs absolus…

Adrien Brody. Twentieth Century Fox FranceFort de ses nombreuses, et réussies la plupart du temps, collaborations avec Quentin Tarantino, Robert Rodriguez, autrefois cinéaste fauché mais inventif et qui comblait nos attentes cinéphiliques (El mariachi), se lance aujourd’hui, à son tour, dans la production en aidant des jeunes cinéastes débutants à se faire un nom…même si c’est sur le sien.

Car il faut bien l’avouer, et les studios l’ont assez mis en avant, c’est le nom de Rodriguez qui prévaut ici, à tel point que nombreux sont ceux qui croient encore que c’est lui qui réalise (il le devait au départ avant de céder sa place et de ne garder que sa participation au scénario et une partie de la production).

Une arme à double tranchant donc, puisque ce n’est pas le cas ici, il ne réalise pas, et que le film est loin d’être la résurrection espérée de la franchise.

Si les épisodes, navrants, mettant en scène de nombreux aliens contre des predators sans aucun charisme, avaient profondément mis à mal le concept, on espérait vraiment qu’avec celui-ci on reviendrait aux bases du film de John Mc Tiernan.

Eh bien pour tout dire, c’est le cas, sans l’être vraiment…

En effet, le réalisateur revient à ce qui a fait le succès du premier volet, mais d’une manière tellement proche qu’on croirait plus à un remake qu’à une véritable suite.

Les personnages sont presque des copié-collés du premier opus (un mexicain en lieu et place deLaurence Fishburne. Twentieth Century Fox France l’indien, un gros balaise russe au lieu du ricain qui défouraille tout dans la jungle, un grand black balaise et tout aussi déjanté, un super GI qui, même s’il est très pro et on ne peut plus logique dans ses actes et sa façon d’agir n’a pas la classe d’un Schwarzy bourrin au possible…même une petite gazelle latino qui ressemble comme deux gouttes d’eau à celle du film de 87 tout en ayant perdu toute sa féminité) … tout est fait ici pour que le spectateur retrouvent ses repères. Même au niveau de la musique, John Debney reprenant presque note pour note la partition tribale d’Alan Silvestri dans les moments les plus propices

Seulement, à trop vouloir en faire, eh bien le réalisateur en fait trop…même s’il intègre quelques persos qui auraient pu faire la différence (un prisonnier psychopathe, un médecin au passé trouble, un yakusa pas très bavard et un soldat ayant survécu aux predators mais qui a visiblement pété les plombs (trop rare Larry Fishburne)…) il les sacrifie joyeusement, rapidement, et sans aucun remord, dans des scènes plus que discutables, tout en les ridiculisant en leur faisant perdre toute crédibilité, tant dans le personnage même que dans la prestation d’acteur.

Adrien Brody et Alice Braga. Twentieth Century Fox FranceEn ce qui concerne l’environnement de la planète même. Il n’y a pas beaucoup de surprises, si ce n’est des créatures assez réussies qui voleraient presque la vedette à leurs maîtres, ces désormais célèbres predators.

Ces derniers ont perdu tout charisme, tout mystère, et de les voir évoluer sur leur propre planète n’est au final pas si jouissif que cela tellement la mise en scène se révèle sans originalité et le montage un peu mou du genou.

Un film donc qui ne fera en aucun cas oublier la référence du genre qu’était le film de McTiernan, maîtrisé de bout en bout par un vrai cinéaste…créatif, efficace, qui a su manier, outre sa caméra, l’art du suspens, du montage et l’intelligence d’un scénario pourtant on ne peut plus simple.

Mc Tiernan (Predator mais aussi Medicine man) ainsi que Mel Gibson (Apocalypto) ou plus récemment James Cameron avec Avatar, avaient réussi à prouver que la jungle pouvait être un formidable terrain de jeu, et d’expérience cinématographique…Mais Nimrod Antal se pose plus ici en touriste adepte du plagiat, qu’un véritable créateur d’ambiance.

Si le second volet avec Danny Glover n’avait pas convaincu les spectateurs à l’époque, force estLouiz Ozawa, Adrien Brody, Alice Braga, Danny Trejo, Mahershalalhashbaz Ali, Topher Grace et Walton Goggins. Twentieth Century Fox France de constater qu’il se révèle, au final, bien meilleur que cette nouvelle mouture 2010 qui appellera, au vu du plan final, une inévitable suite. Et là je crois que tout est dit.

Gageons que Rodriguez, s’il reste dans le projet, saura prendre en considération, les déjà nombreuses critiques et déceptions qui se font entendre ici et là un peu partout dans le monde, et qu’il réussira le pari fou et insensé de dépasser enfin l’original, chose que nul n’a réussi à faire jusqu’ici. 10/20

20th Century Fox

 



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

moncler jackets 07/09/2011 04:50

whylxx1Z4ZLFLQI3K

kschoice 25/07/2010 12:00

Je sais bien, mais moi-même, j'aime bien que l'on vienne me rendre visite alors il est normal que d'autres, comme toi ou Bond apprécient que je vienne passer les voir de temps en temps.
Ca prouve notre sympathie les uns envers les autres ;-)

Pierre 25/07/2010 10:34

Pas de problème, je te taquine.

kschoice 25/07/2010 09:42

Je ne te boude pas Pierre. Mais c'est vrai qu'au fur et à mesure des connaissances sur les blogs, on passe de moins en moins chez les anciens. je passerai te voir.

Pierre 24/07/2010 21:02

Je suis d'accord avec ta très bonne critique. Mieux que les AVP mais pas génial. Un film regardable.

Alors tu boudes mon blog ? Y a pas mal de nouveautés, passe quand tu veux !