TOY STORY 3

Publié le

Walt Disney Studios Motion Pictures France

(USA/2010)

Réalisé par Lee Unkrich

 
Avec Tom Hanks, Tim Allen, Michael Keaton

Genre : animation 3D / 1h40

Date de sortie cinéma : 14 juillet 2010

Walt Disney Studios Motion Pictures FranceSi l’on est d’ordinaire plutôt craintif sur les suites de films américains (pire encore sur les films français, il faut bien l’avouer) la franchise Pixar sur ces jouets qui s’animent en l’absence de l’humain est probablement la seule qui réussit l’incroyable pari de faire mieux à chaque nouvel épisode.

Pixar a su, au fil des années s’imposer avec des œuvres totalement virtuelles et purement synthétiques, tout en faisant naître paradoxalement en nous des sentiments plus que naturel…la nostalgie de l’enfance, une contemplation de la beauté des gestes qui viennent du cœur d’objets qui n’ont pourtant rien d’humain. La petite entreprise devenue un géant de l’animation a su insuffler plus d’humanité dans des animaux, des monstres, des robots, ou ici desWalt Disney Studios Motion Pictures France jouets, que les vrais humains dans leur « propre » monde.

Engendrée par une bande de gamins presque cinquantenaires, la franchise Toy Story se voit aujourd’hui affublée d’un terrible fléau…celui du temps qui passe. En effet, Andy n’est plus un garçon bourré d’imagination. En grandissant, il a mis de côté ses jouets qui étaient pourtant ses meilleurs amis. Cela fait maintenant des années que Woody, Buzz, Jessie, Pile-Poil, Rex, mr & mme Patate, Ziggy et le cochontirelire croupissent dans un coffre dans un coin de la chambre d’Andy. Walt Disney Studios Motion Pictures FranceMême les soldats de plastique désertent, considérant que la mission Andy est terminée…

Ce dernier à grandi, et il s’apprête à rentrer à l’université.

Mais il n’est pas le seul à avoir grandi. La petite Molly n’est plus un bébé et rêve de prendre possession de la chambre de son frère, même le chien n’est plus tout jeune, et se déplace avec la lenteur liée à son grand âge…

Après une introduction toujours aussi remplie d’imagination fertile, le constat s’impose vite, cet épisode sera bien plus sombre et triste. Beaucoup de jouets présents dans les précédents épisodes ont été séparés de leurs amis, et il ne reste qu’une petite poignée de rescapés dans la chambre d’Andy. Ses préoccupations sont aujourd’hui tout autre…dans sa chambre trône un ordinateur portable, ou une guitare électrique posée en équilibre sur unWalt Disney Studios Motion Pictures France ampli.

Pour paraphraser Woody…  « Ce n’est pas une surprise…nous savions tous que ce jour arriverait… »

Avant son départ, La mère  demande à Andy et  Molly de faire le tri dans les jouets qu’ils ne désirent plus garder, afin de les donner pour certains à la garderie du quartier, et pour d’autres de les stocker dans le grenier poussiéreux. Seul Woody se retrouve dans le carton qu’Andy prépare pour l’université. Les autres se retrouvent dans un sac poubelle, direction le grenier.

Après un quiproquo très bien agencés, ce ne sera pas le grenier mais le trottoir où pointe déjà au loin le camion des éboueurs…

Walt Disney Studios Motion Pictures FranceSur ce point de départ, les scénaristes vont développer une histoire pleine de rebondissements, de tendresse, de cruauté, de drôlerie et de tristesse. Notre équipe favorite se retrouvant dans les mains de bambins pour le moins infernaux. Ils rencontreront bien sûr de nombreux nouveaux personnages, et devront faire face au côté sombre de certains.

Alternant des scènes d’une drôlerie irrésistible, et d’autres d’un suspens réel, les scénaristes et le réalisateur, réussissent là tout simplement l’épisode le plus mûr, le plus abouti et le plus beau de la série.

Les années passant, la notion d’Enfer et de Paradis ainsi qu’un manichéisme certain sont bel et bien prépondérants, mais Woody se révèle, une fois de plus un leadership incontestable au grand cœur, qui par ses actes en fin de film m’a littéralement fait verser ma petite larme (quand vous connaîtrez l’adorable…la craquante petite Bonnie, vous comprendrez de quoi je parle).

Il ne sert à rien de dévoiler toute l’histoire, et je dirais simplement que les images sont d’une beauté saisissante, et la 3D, tout comme sur Avatar de Cameron, se révèle sobre, mais efficaceWalt Disney Studios Motion Pictures France et très bien foutue, les plans ayant été pensés à l’origine pour l’exploitation 3D qui se révèle donc extraordinaire du fait du support numérique, à cent lieues du massacre de la conversion 2D/3D sur Le choc des titans de Leterrier.

Il restera bien quelques rares plans légèrement flous du fait de la rapidité de la séquence, mais vraiment rien de bien gênant. Comme toujours avec Pixar, c’est du tout bon et l’on passe un excellent moment.

Un seul mot…Foncez !!!  19/20



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

moncler jackets 07/09/2011 04:50

whylxx1Z4ZLFLQI3K

kschoice 03/09/2010 20:43

En même temps avec ce film je ne pense pas trouver beaucoup de monde qui ne sera pas d'accord :-)
Pixar a cette faculté inouïe de rassembler le plus grand nombre.

Chris 03/09/2010 18:56

Absolument d'accord !

kschoice 02/09/2010 20:29

Eh bien mon petit lapinou, toi même tu sais me féliciter et tes mots me donnent toujours un grand sourire aux lèvres...merci :-)
Pour ce qui est du film, oui, incontestablement c'est le meilleur de la série de par son côté mature justement, et enfantin, qui parle donc autant aux adultes qu'aux enfants.
Les actes d'Andy en fin de film et son adieu à son ami de toujours est des plus émouvants. Et la petit Bonnie...franchement je l'adore cette gamine, ils ont très bien choisi sa voix française, terriblement craquante.
Du grand art assurément.

Kleinhase 02/09/2010 11:55

Ai - enfin ! - découvert "Toy Story 3" hier soir (pas eu la chance de le voir en 3D, malheureusement).
Me suis pris une énorme claque. Claque visuelle, claque nostalgique, claque émotionnelle surtout. Voilà longtemps que je n'avais pas été autant touchée par un film (qui plus est, un film d'animation).
Pixar a encore une fois placé la barre très haut avec ce troisième volet (le meilleur de la saga "Toy Story", à mes yeux), qui résonne comme étant celui de la maturité (au sens propre comme au figuré).
Une fois encore, Pixar joue avec nous, joue avec le spectateur, jonglant habilement entre l'humour, l'action, le suspense, la dérision, l'inventivité, la tendresse, la réflexion et par dessus tout l'émotion; pour nous proposer un nouveau chef-d'œuvre, bourré de rebondissements, de gags et de surprises.
L'émotion perce constamment au travers de "Toy Story 3", atteignant le summum dans le superbe et déchirant plan final (moi aussi, j'en ai pleuré... faut croire que nous sommes tous de grands enfants derrière notre carapace d'adultes !). Une émotion d'autant plus rare, d'autant plus belle, d'autant plus intense; qu'elle possède selon moi une valeur et une saveur universelles et intemporelles.
Si j'ai longtemps eu un faible pour "Ratatouille" (le premier Pixar que j'ai vu, en plus au cinéma), "Toy Story 3" pourrait bien détrôner ce dernier à la première place de mon "podium" Pixar.
Bien parti en tout cas pour devenir mon grand coup de cœur ciné de cette année 2010, juste devant "Alice au pays des merveilles" de Burton.

Kschoice, ton article est délicieux à lire... comme toujours ;-) Tu sais trouver les mots justes pour parler de ces films qui vous transpercent le cœur et vous font retrouver votre âme - éternelle - d'enfant (de grand enfant, en l'occurrence !).