UNBORN

Publié le

Universal Pictures International France

(The unborn)

de David S. Goyer

(Etats-Unis - 2008)

genre : fantastique / épouvante (1h30)

Casey Bell n'a jamais pardonné à sa mère de l'avoir abandonnée enfant. Mais quand des événements inexplicables commencent à se produire autours d'elle, elle comprend petit à petit la raison de cet abandon. Hantée par des cauchemars incessants, et traquée par un fantôme sans merci quand elle ne dort pas, son salut viendra de Sendak, un spécialiste du surnaturel, seul apte à mettre fin à son calvaire.
Avec l'aide de Sendak, Casey découvre l'origine du mal dont est victime sa famille et qui remonte à l'Allemagne nazie - une créature capable d'habiter corps et objets et que chaque possession rend plus fort. Pour survivre à cette malédiction, Casey va devoir aller fermer une porte dans l'au-delà, une porte ouverte par un être qui n'a jamais vu le jour.

Odette Yustman et Atticus Shaffer. Universal Pictures International FranceDepuis quelques années, il faut dire que l’on est habitué au flux régulier de films d’horreur/fantastique/épouvante.  D’inspiration plus ou moins réelle, d’une maîtrise plus ou moins égale, de scénars plus ou moins probables ou surprenants, ces films sont surtout l’occasion de se causer une petite frayeur. L’évolution des effets spéciaux apportant un indéniable plus quant au visuel de ces films, ainsi que la constante qualité sonore qui aide à l’immersion dans les ambiances prenantes (le meilleur exemple étant probablement l’efficace remix 5.1 de L’exorciste de Friedkin face au mono d’origine), ce film là rejoint donc la longue liste de ses prédécesseurs. Certes, le film est loin d’être un chef-d’œuvre du genre, et la présence de Michaël Bay à la production pourra en faire douter plus d’un quant au sérieux du projet, ce dernier étant considéré par beaucoup comme un tâcheron sans aucun sens artistique, simple réalisateur de commande.. Ceci dit, le film essaie de puiser dans un sujet assez peu représenté à l’écran…les jumeaux. Mais pas seulement…ce n’est donc pas une histoire de jumeaux à la Cronenberg, puisqu’ici le deuxième fœtus à cesser de vivre avant mêmeGary Oldman. Universal Pictures International France d’être né. Comment alors peut-on être hanté par une personne qui n’est jamais née (Unborn) ?Pour répondre à cet épineux sujet, le scénar mélange une histoire d’expériences effectuées pendant la guerre par les nazis sur des enfants juifs, ainsi qu’une brève incursion dans le folklore juif, version légendes occultes. A ce titre, il faut souligner la présence de Gary Oldman dans le rôle d’un rabbin qui sera contraint de pratiquer un exorcisme, plutôt impressionnant,  sur la pauvre jeune fille hantée par son frère décédé in-utéro, lui-même possédé par un démon ancestral.Tout ceci pourrait, sur le papier, sentir de très loin le nanar flamboyant, mais avec Gary Oldman et James Remar (acteur que j’apprécie beaucoup également), le film se révèle, en très grande partie, il faut bien le dire grâce à la qualité des effets spéciaux, maquillages et ambiance sonore, un film d’épouvante qui se révèle efficace par moments, et où l’on frissonne et sursaute fréquemment. Le réalisateur, à qui l’on doit les scénars de The crow, Dark City, du récent Batman begins, ainsi que de la trilogie Blade, ou encore de Jumper, signe donc ici un film à la fois fantastique, épouvante, avec quelques scènes d’action Michael Sassone. Universal Pictures International Franceassez bien menées.Une assez bonne surprise donc, puisque je n’ai pas l’impression d’avoir perdu mon temps (ce qui n’est déjà en soi pas si mal), même si, comme je l’ai souligné, le film ne restera pas dans les mémoires. Mais il titille quelques peurs primales qui ne manquent pas de ressurgir aux moments où l’on s’y attend…le plus ! Mais comme ça fonctionne plutôt bien, pourquoi s’en plaindre finalement. Le film atteint donc son objectif de divertissement « épidermique » si je puis dire, puisque étant moi-même assez bon public, je n’ai pas manqué de frissonner. Et puis la plastique de Odette Yustman ne laissera guère indifférent certains de ces messieurs. Mission accomplie donc, même, si je le répète une dernière fois, le film est loin d’être un chef-d’œuvre du genre.De quoi passer un après-midi pluvieux, ou se foutre un peu les jetons avant d’aller se coucher en laissant ses neurones aux vestiaires. 14/20

Ethan Cutkosky et Idris Elba. Universal Pictures International France Gary Oldman et Odette Yustman. Universal Pictures International France

Plus d'infos sur ce film

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

borat8 29/09/2009 18:45

J'en ait encore des sueurs chaudes en la voyant!

Kschoice 29/09/2009 11:52

Oui hein !!!??? ;-)

borat8 28/09/2009 21:09

Oh putain la belle affiche!Oula pas mal la Yustman!

Kschoice 22/06/2009 20:37

C'est vrai que le film aurait gagné à explorer un peu plus encore le folklore juif et ses démons ancestraux. En tous cas, on est d'accord, sans Gary Oldman, le film aurait été moins attrayant. Il apporte son charisme et son savoir faire, ce qui est un plus indéniable pour ce genre de film.

CORSU61 22/06/2009 19:32

On se rejoint assez dans nos conclusions pour ce film qui aurait pu sortir des sentiers battus mais qui n'exploite pas assez la trame. Un divertissement moyen, réhaussé par la présence de gary oldman