SLEEPY HOLLOW la légende du cavalier sans tête

Publié le

(Sleepy Hollow)

(USA/Allemagne/1999))

Réalisé par Tim Burton

 

 
Avec Johnny Depp, Christina Ricci, Christopher Walken

Genre : Thriller/ épouvante / 1h45

Date de sortie cinéma : 9 février 2000

Disponibilité Blu-ray :

En 1799, dans une bourgade de La Nouvelle-Angleterre, plusieurs cadavres sont successivement retrouves décapitées. Les têtes ont disparu. Terrifies, les habitants sont persuades que ces meurtres sont commis par un étrange et furieux cavalier, dont la rumeur prétend qu'il est lui-même sans tête. Les autorités new-yorkaises envoient alors leur plus fin limier pour éclaircir ce mystère. Ichabod Crane ne croit ni aux légendes, ni aux vengeances post-mortem. Mais, a peine arrive, il succombe au charme étrange et vénéneux de la belle Katrina Van Tassel.

Avis film : 17/20

Johnny Depp et Christina Ricci. Si l’univers sombre, fantaisiste et teinté de gothisme du réalisateur n’est pas des plus abordables au commun des cinéphiles, force est de constater que Tim Burton a su, durant sa carrière se construire un pédigrée cinématographique hors normes, et surtout bien spécifique. Mêlant humour et macabre, ambiances délétères ou scènes de pure poésie visuelles, les sujets que Burton traite sont souvent emprunts d’un profond attrait pour la mort et ses mystères, et toujours présentés dans des ambiances à la fois sombres et drôle à la fois.

Ce film ne déroge donc pas à la règle. Avec un soin tout particulier apporté à la construction de décors faramineux, et son sens des cadrages pour une mise en scène toujours stylisée, Tim Burton réussit à passionner son auditoire en emmenant ce dernier dans un monde étrange et décalé digne des meilleurs films de la Hammer, la technique moderne et l’efficacité en plus, Rick Heindricks & Peter Young obtenant par ailleurs un Oscar, fort mérité, pour la direction artistiqueJohnny Depp. du film avec ses nombreux décors fabuleux.

Si les décors sont soignés, les costumes le sont tout autant et l’interprétation des acteurs et actrices également. Le tout porté par le désormais incontournable et classique acolyte du réalisateur Danny Elfman qui signe une partition en parfaite adéquation avec le sujet et les images.

Les effets spéciaux numériques étant à l’époque encore bien peu utilisés à grande échelle (et surtout encore très chers), Tim Burton choisit donc, dans un souci de réalisme forcené, de faire construire des têtes décapitées qui nécessitent chacune pas moins de 5 semaine de fabrication, et elles sont plutôt nombreuses dans le film.

Miranda Richardson et Christina Ricci. Les quelques plans en images de synthèses (le crâne du cavalier qui retrouve sa chair, où tous les plans effacés de la tête de l’acteur, où l’entrée de l’arbre des morts) sont donc intégrés avec parcimonie pour un style « à l’ancienne » du plus bel effet.

En résulte au final un thriller d’épouvante qui mélange allègrement les genres (enquête policière/comédie/séquences d’action et d’horreur) dans un film qui ne laisse guère indifférent, tant sur le fond que sur la forme.

Pas forcément fan du réalisateur et de son univers décalé, il fait néanmoins partie de ceux dont je revois les films avec curiosité et plaisir mélangés…Beetlejuice, Edward et Sleepy Hollow étant très certainement le trio gagnant du réalisateur.

Avis Blu-ray : 12/20

Produit par Francis Ford Coppola dont la renommée n’est plus à faire aujourd’hui, ce dernier donne l’opportunité au réalisateur d’avoir des décors de qualité absolument grandioses. Sept ans plus tôt, il avait lui aussi compris l’importance d’avoir des décors à la hauteur du sujet traité, et son Dracula était également somptueux de ce côté-là.

Avec un tel film dont les nombreuses qualités sont décrites plus avant, le Blu-ray se devait d’être irréprochable ne serait-ce que par respect pour le travail effectué sur la photographie, les décors et les costumes. Une fois de plus, il n’en est rien. Dès le départ du film, la « couleur » est affichée directement, et le constat est sans appel…c’est « horriblement » bruité et ça manque cruellement de définition. En témoigne à 7’13, lors du générique qui voit le voyage de Crane vers Sleepy Hollow, des plans qui auraient pu être de toute beauté avec un semblant de définition HD.

Quand on sait que le film contient de nombreux plans de nuit, qu’il y a des ambiances brumeuses,Johnny Depp. avec la présence parfois de fumées, je vous laisse imaginer le résultat. La qualité des décors et des costumes est donc bien mise à mal par une définition très médiocre, avec un transfert de bien piètre qualité qui laisse entrevoir de nombreux points blancs, et ce en de très nombreuses occasions. A 18’30, on a même droit à un plan de quatre secondes,  dédoublé et flou, qui nous donne l’impression de regarder un film 3D sans lunettes spécifiques.

Vous l’aurez compris, c’est donc une profonde déception que ce Blu-ray qui ne met absolument pas en valeur le travail pourtant soigné de toute une équipe.

Passons au son désormais…Si un superbe 5.1 DTS HD Master Audio est bien présent en VO, donnant sa pleine mesure tant lors des attaques du cavalier sans tête, que dans les ambiances plus intimistes auprès d’un feu, la VF ne propose elle, qu’une simple Stéréo (là où le DVD proposait un 5.1 DTS), également en DTS HD MA, mais qui ne réussit tout de même pas à rivaliser avec la VO. Dommage, car un soin tout particulier avait été apporté à la postproduction avec des voix fort bien choisies pour les nombreux personnages.

A quand une généralisation des pistes HD sur les versions françaises ? Alors que de plus en plus de foyers français sont équipés HD, il serait peut-être temps de leur faire bénéficier d’un format sonore digne de ce nom, surtout qu’ici avec ce film, les ambiances gothiques sont propres à générer effets surrounds du plus bel effet, comme c’est le cas sur la VO. A une époque où les fabricants d’amplis tendent à démocratiser le 7.1, voire pour certains le 9.1…d’avoir en VF le seul choix d’une stéréo, fût-elle en HDMA tient plus du foutage de gueule qu’autre chose, et ce n’est certainement pas avec des éditions de ce genre que le format Blu-ray décollera en France, si tous les films les plus importants des réalisateurs qui comptent sont traités de la sorte (et vlan…prenez ça dans les dents messieurs de chez Studio Canal !!!).

Les bonus : 00/20

L’éditeur Studio Canal ne s’est pas foulé sur ce disque…comme en témoigne ma note, il n’y a strictement rien à chroniquer…Les bonus du DVD ont disparus et seule une mire de réglage Audio/vidéo fait office ici de « bonus »…gadget pour le moins anecdotique car rares sont ceux qui s’en servent, et il aurait fallu, pour que cette mire soit efficace, bénéficier, par la suite, d’une image impeccable, ce qui est loin d’être le cas.

Image : AVC / 1.78 / 1080p / sous-titres français

Son : Anglais…5.1 DTS HD Master Audio & 2.0 DTS HD Master Audio

         Français…2.0 DTS HD Master Audio

Distributeur Blu-ray : Studio Canal Vidéo

 



Publié dans Côté BLU-RAY

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

kschoice 20/02/2011 20:38

@ Borat...
Pour Alice, c'est peut-être une exception, mais le public a gardé en tête le métrage de Disney, et puis le côté 3D sur le style et les décors de Burton ont sûrement contribué à son succès.
Pour ce qui est des blu-rays...comme j'avais marqué sur un forum...
C'est clair ! Aussi faudrait-il pour cela qu'ils veuillent bien lire les très nombreuses critiques conçernant leurs produits. Que ce soit dans la presse spécialisée, ou comme ici sur les forums dédiés, ils s'apercevraient alors qu'il y a un vrai potentiel sur le marché du Blu-ray si les éditeurs voulaient bien se donner la peine de faire un minimum de travail de restauration, tant sur l'image que sur le son.
Le marché du blu-ray n'est plus un phénomène de mode, et il y a de plus en plus de gens qui commencent à faire la différence entre bon produit et une édition qui n'est pas digne d'intérêt.
Il n'y a qu'à voir les chiffres, puisqu'ils concernent essentiellement des titres pour le moins super bien notés, alors que les éditions de fond de catalogue ne décollent jamais vraiment, sauf quelques rares exceptions.
Si toutes les restaurations d'anciens titres pouvaient être du même acabit que celle du Pont de la rivière Kwaï le blu-ray serait déjà à son zénith depuis bien longtemps !
Sans compter que nous sommes nombreux à accepter de mettre quelques euros supplémentaires (pas trop quand même ) pour avoir un disque digne de ce nom. Les premiers prix pas chers, c'est bien gentils, mais si c'est pas mieux qu'un DVD, il n'y a aucune utilité à racheter une galette pour avoir le même résultat. La restauration de Kwaï a peut-être coûté 8 millions $, mais elle s'impose comme une référence, et on peut la trouver sur le net, à moins de 20 €. Ce qui prouve que tout est possible. Quand on veut...on peut !

Maintenant, certains éditeurs sont plus fainéants que d'autres...TF1, en effet sort de beaux Blu-ray, ainsi qu'Europa Corp, avec des pistes HD en VF ce qui est plutôt rare.

2flicsamiami 20/02/2011 19:29

Je retiens de ce film aussi un coté sulfureux et lubrique (enfin, c'est les souvenirs qu'il m'en reste). Après, j'aime bien Burton mais je ne suis pas ultra fan de son style pour autant.
Sinon, ton coup de gueule sur les bonus est justifié puisque cela devient une sale habitude dans les ré-édition des films de Studio Canal.

borat8 26/08/2010 18:29

Il faut croire que non, vu que son Alice, qui est affreusement décevant, a fait un carton. Pareil pour Pee Wee, Beetlejuice, Batman, La planète des singes (oh punaise!) ou Charlie et la chocolaterie. Mais le succès ne fait pas tout.

kschoice 26/08/2010 13:55

Burton ayant un style bien particulier, je ne suis pas étonné que celui-ci n'est pas marché au cinoche. Je pense que la plupart de ses films trouvent leur public, non pas en salles, mais en DVD, et blu-ray désormais.
Burton est devenu quoi qu'on en pense, un réalisateur qui compte, avec un vrai talent, qui sait faire de ses films des oeuvres qu'il s'approprie totalement, et reconnaissable en un seul coup d'oeil.

borat8 24/08/2010 20:50

Burton signe avec Mars attacks, une sorte de parodie du patriotique Independence day, mais en étant une oeuvre unique du cinéaste. Acteurs très connus, effets spéciaux géniaux, humour tordant et puis il y a... Tom Jones! Ses scènes sont d'ailleurs hilarantes (voir les martiens qui débarquent durant son show ou l'aigle qui se pose pile poil sur son épaule). Quand on pense qu'il a fait un four...
Surtout ne gache pas ton temps avec Alice. Certainement le pire film du cinéaste depuis La planète des singes. Scénario trop simple et finalement une suite à l'oeuvre identique à cette dernière; converssion 3D nulle; et aucun style de la part de Burton.