SARAH BETTENS - La passion du rock ...

Publié le

Sarah Bettens n’est pas une grande chanteuse. Ne cherchez pas dans son style de chant quelque chose qui pourrait concurrencer Whitney Houston pour les divas, ou même Pat Benatar pour le rock. Elle n’a pas beaucoup de coffre, se classe dans les middle, bien qu’elle puisse chanter dans les basses ou les aigus, même si ce n’est pas là qu’elle est des plus à l’aise. Son charme vient surtout de son timbre particulier, qui s’éraille parfois en fin de phrase quand elle a usé son souffle. Tout comme Dolorès O’Riordan des Cranberries, sa voix est le principal atout de ce groupe, et c’est en fait ce qui attire plus qu’autre chose.

Même dans son physique, elle ne concurrence pas les plus belles, petite blonde aux yeux bleus, brune à ses débuts, elle porte des tatouages et sa garde robe ne la met pas vraiment en valeur, tant elle s’acharne à porter jogging et bonnet, ou la panoplie destroy de l’adolescente rebelle.

Mais il émane d’elle, quelque chose d’indescriptible. Ce n’est pas une rock-star comme les autres…elle ne cherche pas à la jouer star, reste simple dans tous les domaines sans vouloir faire d’effets quelconques (voix ou fringues), mais elle assure le show grâce à un dynamisme hors du commun, un amour ostentatoire de la scène, et de sa musique dans laquelle elle s’investit à fond…que ce soit sur un gros concert avec K’s Choice à l’Olympia devant 2000 personnes,  le classique Elysée-Montmartre et ses 1000 places ou en solo dans une salle de 300 personnes (l’EMB de Sannois), dans une petite ville de banlieue (j’étais présent à ces concerts), son énergie incroyable nous prouve en tant que spectateur que quelque soit l’endroit, elle donne 100% de ce qu’elle a  donner. Il m’est même arrivé de faire deux concerts en 2 semaines, l’un à l’Olympia, suivi d’un autre à l’Elysée-Montmartre (ancien théâtre, probablement ma salle préférée…ni trop petite, ni trop grande), près de la place Clichy.

  

 

  

Très proche de ses musiciens (son frère Gert est le compositeur principal du groupe K’s Choice tandis que Sarah s’occupe principalement des textes) elle partage avec eux le succès, mais aussi les couacs qu’elle ne manque pas de faire passer avec humour, dans des petites phrases dites dans un français timide, mais toujours charmant, grâce à cet accent qui sert une voix incomparable.

Aussi à l’aise sur des morceaux acoustiques guitare/voix, que sur du gros son qui tâche, elle ne manque jamais de regarder ses musiciens, de leur sourire, de s’amuser avec eux. On sent qu’elle est heureuse d’être là, que sa musique n’est pas un travail, mais une véritable passion.

Bien que n’étant pas des plus célèbres, le groupe s’est bâti une petite réputation solide, et chaque concert affiche complet. Après un premier album (The great subconcious club) qui passe inaperçu en France (malgré quelques bons morceaux (The ballad of Lea and Paul), c’est avec le second album (Paradise in me) et son single Not an addict que le groupe se fait connaître en Europe. Et le public découvre alors un groupe alternatif capable de donner du décibel ou d’émouvoir sur des ballades acoustiques. Suivent un 3ème album absolument fabuleux (Cocoon crash) avec de nouveaux musiciens (ahhh ces lignes de basses et cette batterie), mon préféré en ce qui me concerne, avec des morceaux excellents tels que Believe ou Quiet Little Place (ce dernier étant une sorte de revival dylanien avec guitare sèche et harmonica sur fond de mort et de retour à la vie) et puis un quatrième album (Almost happy) qui précède un live et une compil pour les 10 ans du groupe (1992-2002)

 

 

…entre cris et chuchotements…

En 2003 alors que la carrière du groupe semble au point mort (la vie de famille et les problèmes de santé de Gert en étant certainement la cause) Sarah s’affranchi donc du groupe et s’essaye à une timide carrière solo. Après tout, c’est elle la voix du groupe, et à l’instar de Peter Gabriel, Sting, ou encore David Gilmour, rien n’est impossible, pour peu qu’elle garde la fraîcheur et la pertinence de ses textes qui ont fait le succès du groupe. Sa voix sort suffisamment de l’ordinaire pour créer un intérêt certain, ne serait-ce que de la part des fans du groupe. Elle possède en outre un timbre de voix reconnaissable, une signature vocale difficilement comparable.

Elle se lance donc en solo, sa guitare à la main…sa voix, son charisme et son énergie faisant le reste. Elle garde avec elle un des membres du groupe en la personne d’Eric Grossman, un (excellent) bassiste américain, avec qui elle s’entend à merveille (voir les bonus vidéo du Cd  Cocoon Crash All access). Ce dernier semble d’ailleurs lui vouer une admiration sans borne (voire peut-être même un peu plus) on le voit dans ses yeux.

On ne peut nier, à l’écoute de ses compos personnelles, une sensibilité à fleur de peau.

Sur ces deux albums solos (Scream  2005 et Shine  2007), il est donc bien difficile de choisir un titre en particulier en étendard de son style musical, tellement l’ensemble est homogène et porteur d’émotions diverses.

Elle s’inspire de sa vie, de sa famille, de drames ou de joies, de rêves d’idéalisme, parfois utopiques mais qui sont le profond reflet de ce qu’il y a en son cœur. Dans des textes qui reflètent parfois le désespoir ou la nostalgie, on y croise souvent l’ombre du doute, de la douleur des séparations, parfois de la mort également, mais c’est aussi et surtout pour mieux souligner l’importance de la vie, qu’elle croque volontiers avec un enthousiasme débordant.

Elle concrétise donc ainsi l’importance de l’être humain, le respect des autres, accessoirement de soi-même, et du cœur surtout. L’importance de la famille (mother and father reviennent souvent dans ses textes) également. La pochette de son album Shine (sorti en 2007) qui représente un soleil, source de vie et de chaleur, est dessinée par son neveu, le fils de son frère Gert, à qui elle donnait autrefois une vibrante dédicace dans le très beau Little man (un inédit du second album Paradise in me).

Elle retranscrit cela avec un sens aigu de la mélodie chant, portée par des accords ou des arpèges de piano ou guitare, le tout soutenu par une section rythmique (basse/batterie) discrète mais terriblement efficace malgré tout. Elle utilise même le violoncelle (qui avait fait ses preuves sur Now is mine dans Cocoon crash) et quelques violons, une fois de plus discrets mais efficaces.

   

 

   

La moindre compo est donc l’occasion de petits voyages musicaux, des conseils qu’elle prodigue à sa fille, souvenirs d’enfance, des regrets, des espoirs…

A cent lieues de la star à l’assurance en béton armé, sûre de son talent et de la fidélité de son public, et du nombre de places vendues, elle reste sur scène toujours étonnée de voir les salles pleines, de voir le public répondant présent, et de la capacité de celui-ci à se défouler comme jamais sur les morceaux rocks, tout en respectant dans un profond silence les morceaux lents et mélancoliques.

Que ce soit avec K’s choice ou en solo, elle se donne donc de la même manière, à un public qui le lui rend bien. Dans un très bon français qui traîne d’irrésistibles accents, elle ne cesse de remercier ses fans…bien plus que nécessaire parfois, car c’est finalement nous qui la remercions d’être ici avec nous, d’être ce qu’elle est, de faire ce qu’elle fait d’une manière fraîche, sincère, passionnée, tour à tour émouvante et drôle, taquine avec ses musiciens, et répondant à son public par des sourires…ces derniers nous prouvant son bonheur d’être sur scène, où qu’elle soit dans le monde.

Une artiste authentique, hors norme qui ne laisse décidément pas insensible. Certains sont attirés par sa voix, alors que d’autres l’exècrent justement à cause de ce timbre si particulier.

Comment expliquer cette attirance pour une femme maigrelette arborant des jeans et des T-shirts troués, qui s’acharne sur sa Gibson flying V ou sa Fender Télécaster comme le plus hargneux des métalleux… ?

N’étant, de surcroît, pas une beauté absolue, ses yeux bleus profonds et sa voix envoûtent pourtant ceux qui l’approchent. Les hommes bien sûrs, qui voient en ce petit bout de femme, un électron libre débordant d’une énergie communicative (à l’instar d’Alanis Morrissette avec qui le groupe à tourné) vivant sa passion musicale à 200%...Mais également la communauté gaie féminine, qui ne manque pas de voir en elle un porte-parole efficace de l’âme et de la sensibilité humaine. Les commentaires de tous les couples présents à la sortie du concert de l’EMB, homos et hétéros, allaient tous dans le même sens…Quelle voix !!! Quelle nana !!!

Quel concert surtout !!!

 

 

Photos perso (les plus réussies)

…le calme après la tempête…

Comme vous l’aurez deviné, elle fait partie des artistes que j’apprécie tout particulièrement, et dont l’écoute de sa musique et de ses mots m’ont, à plusieurs occasions, brouillés les yeux d’émotion.

J’ai eu la chance de l’approcher lors d’une séance de dédicaces (j’avais pris soin d’être en bonne place) après concert, et de la prendre en photo. J’ai eu également l’autographe d’Eric Grossman, à qui j’avais dit quelques mots lors d’un précédent concert, sur le chemin des loges, et qui a signé ma place de concert.

Quant à Sarah, après avoir acheté son photo-book, j’ai choisi une image afin de la lui faire signer. Elle a rapidement apposé son paraphe qu’elle a agrémenté d’un soleil (écho à la pochette de son album Shine). Comme si elle exhortait chacun de nous à briller autant qu’elle sur scène, que les spots dans ses yeux ou qu’un soleil d’été. Un message de plus alors que ses chansons en contiennent déjà tant.

Mais j’ai été bien incapable de lui dire quoi que ce soit, tant les fans étaient nombreu(ses)x et attendaient leur tour. J’aurais tant aimé pourtant lui dire…  « Merci Sarah, pour ce fabuleux concert. Ne change rien, c’était parfait. Merci de t’être donnée à fond alors que nous n’étions que 300, toi qui es habituée aux festivals, et aux grandes salles. Merci encore, et rendez-vous pour le prochain album de K’s Choice prévu courant 2009 !!! Je serai là, une fois de plus, des étoiles pleins les yeux et du bonheur plein les tympans.»

 

 

voici un lien vers ma vidéo que j'ai mis en ligne sur Dailymotion

Parce que rien ne vaut finalement un exemple bien concret, plutôt que des paroles sucrées vous vantant la douceur d’un produit sans toutefois vous le faire goûter, je vous propose grâce au lecteur Deezer ci-dessous, un échantillon de ces 16 dernières années à travers une sélection de titres du groupe K’s Choice et de Sarah Bettens en solo par ordre chronologique…En espérant vous avoir donné l’envie d’écouter cette voix fabuleuse et hors norme, j’espère qu’à l’écoute de ces titres, vous découvrirez une artiste exceptionnelle. Cliquez sur play et appréciez !

  



Publié dans MUSIQUE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

kschoice 04/02/2009 19:23

Pour ce qui est de la musique, n'oublie pas d'aller jeter un oeil sur les "classic albums"...genre rock énervé tu devrais y trouver ton compte.
Sinon pour Sarah Bettens...amoureux... euh ça se voit tant que ça ?!?! :-)

Nimrod 03/02/2009 15:55

Après ta compil sur ton blog de jeux, je viens faire un petit tour ici, et je vois qu'il y a aussi de la musique...très bien ca me plaît ca !
Je connais le groupe, que j'aime bien d'ailleurs, mais je ne savais pas qu'elle avait fait une carriere solo.
Chouette article en tous cas, on sent bien ta passion pour la musique...et quelque part pour la petite Sarah...
Dis donc...Tu serais pas un p'tit peu beaucoup amoureux ? ;-)

kschoice 10/10/2008 12:56

J'espère que tu pourras, et si c'est le cas n'hésites pas à revenir pour me dire ce que tu en as pensé ;-)

collyre 09/10/2008 21:35

J'ai juste un baptême le même jour à 50 km de chez moi dans l'autre sens mais je vais essayer de caser les deux dans la même journée !!!!

kschoice 09/10/2008 18:28

C'est un peu loin pour moi, mais franchement, si tu peux y aller, n'hésites pas, je ne pense pas que tu le regrettera.