RENCONTRES DU TROISIEME TYPE

Publié le

Carlotta Films

(Close Encounters of the Third Kind)

de Steven SPIELBERG

 (Etats-Unis/Angleterre - 1977)

genre : Science-Fiction / 2h15

Des faits étranges se produisent un peu partout dans le monde : des avions qui avaient disparu durant la Seconde Guerre mondiale sont retrouvés au Mexique en parfait état de marche, un cargo est découvert échoué au beau milieu du désert de Gobi.
Dans l'Indiana, pendant qu'une coupure d'électricité paralyse la banlieue, Roy Neary, un réparateur de câbles, voit une "soucoupe volante" passer au-dessus de sa voiture. D'autres personnes sont également témoins de ce type de phénomène : Barry Guiler, un petit garçon de quatre ans, est réveillé par le bruit de ses jouets qui se mettent en route.
Cherchant à savoir d'où proviennent ces ovnis, Roy Neary se heurte aux rigoureuses consignes de silence imposées par le gouvernement fédéral. Obsédé par ce qu'il a vu et hanté par une image de montagne qu'il essaie désespérément de reconstituer, il est abandonné par sa femme Ronnie et ses enfants. Il n'y a que Jillian, la mère de Barry, qui le comprenne.
Parallèlement à ces événements, une commission internationale conduite par le savant français Claude Lacombe s'efforce d'en percer le mystère. Une évidence s'impose bientôt à eux : une forme d'intelligence extraterrestre tente d'établir un contact avec les Terriens.

Rencontre du premier type … Observation d’un Ovni

Rencontre du deuxième type … Preuves physiques

Rencontre du troisième type … CONTACT !

Carlotta Films« Une nuit, quand j’étais très jeune, mon père m’a réveillé au milieu de la nuit et m’a dit « Viens avec moi, j’ai une surprise pour toi. ». J’étais à moitié endormi, il m’a fait monter en voiture, m’a emmené au milieu d’un champ, puis m’a montré le ciel.

Et là j’ai vu cette incroyable pluie de météorites. Toutes les quinze ou vingt secondes, une incroyable traînée de lumière zébrait le ciel…Pour la première fois, j’ai réalisé qu’il y avait un monde au-delà de notre planète. »  Steven Spielberg.

  

  

Alors que les années 50 et 60 ont été celles de la terreur extra-terrestre, en 1977, Steven Spielberg décide d’inverser la tendance et de faire réfléchir l’humanité à une possible entente entre peuples d’un autre monde. Si les aliens, souvent en provenance de Mars, dont la couleur était assimilée au rouge des communistes que les américains abhorraient alors, le cinéma les présentait inévitablement comme des êtres hideux et destructeurs, avides de mort ou parfoisCarlotta Films même de chair humaine.

L’affaire Roswell et du hangar 51, les mensonges flagrants de l’armée, les observations bizarres dans le ciel, des militaires que l’on empêchait de témoigner, ces fameux Men in black faisant tout leur possible pour distordre la vérité…tout cela laissait matière à toutes sortes d’hypothèses. Théorie d’un complot militaire visant à acquérir une technologie extra-terrestre, en échange d’asile, surveillance extra-terrestre pour savoir où en était l’humanité dans la conquête spatiale, prospection intergalactique afin de trouver une nouvelle planète habitable…tout était prétexte aux allégories de tout bord.

Les très nombreux films et épisodes de séries télé témoignent de la richesse d’imagination fertile et parfois hallucinée de l’être humain confronté à ce qu’il ne connaît pas, et dont il a irrémédiablement peur.

La force du film de Spielberg est d’abord de s’appuyer sur ces peurs pour construire un climat inquiétant, hostile, effrayant même parfois en jouant de ces peurs de l’inconnu, pour ensuite basculer subtilement dans la possibilité magnifique d’un contact amical et d’un échange commun dans le but d’une évolution humaine évidente. Nous avons plus à apprendre d’eux, que d’en avoir peur finalement semble-t-il nous suggérer.

Pour cela, il mettra plusieurs années à écrire ce scénario, pendant la post-production de Sugarland Express et le tournage de Jaws (Les dents de la mer). Puisant dans ses souvenirs et rêves d’enfants, Spielberg concrétise sa conviction profonde d’une rencontre extra-terrestre qui se déroulerait de la plus merveilleuse des façons. Les décors, les effets spéciaux et la musique également y sont pour beaucoup dans le succès du film. Ce dernier contribuant très largement à donner à Spielberg un statut de conteur et de faiseur d’images.

Il faut bien avouer que depuis ce film, on a vu la tendance s’inverser, et nombreux sont les films qui mettent en scène de « gentils » extra-terrestre.

Qui ne connaît pas bien sûr le superbe film de Spielberg ? Loin d’en faire un énième article élogieux envers ce que d’aucuns considèrent, à juste titre, comme un des must de la Science-Fiction, je vais plutôt me pencher sur l’édition Blu-Ray de ce film hors norme.

Comme tout à chacun, je possédais le DVD collector avec l’édition remontée selon les désirs de Spielberg (incluant des séquences supplémentaires, ainsi qu’un nouveau doublage, Richard Dreyfuss perdant ainsi sa voix française habituelle) mais je voulais voir ce que donnait la technologie Blu-Ray sur un film vieux de 30 ans...Eh bien je dois avouer que le spectacle est de toute beauté, notamment sur les scènes d'extérieur (désert, la tour du diable et la campagne environnante). Cependant il y a un léger flou sur certains plans rapprochés, mais rien de bien méchant qui gâche l'ensemble toujours spectaculaire de ce film qui contient certaines scènes très efficaces (l'enlèvement du petit Barry).

De là à dire que le Blu-ray est 5x plus net qu'un DVD, là j'émettrais quelques objections, car il s'agit là d'un pur argument de vente qui s'appuie sur la capacité technique effectivement 5x supérieure à celle d'un DVD, mais le film n'étant pas compressé, on arrive à un résultat qui ne dépasse pas les 2,5x plus de netteté...bien que je n'ai aucun instrument de mesure, excepté mon plasma 100htz. Ce qui est déjà suffisant pour apprécier pleinement cette nouvelle technologie qui valorise encore plus des films de cet acabit.

En bref, l’édition Blu-ray de Rencontres du troisième type est l’occasion de redécouvrir ce monument de la SF dans des conditions véritablement optimales sur un film de cet âge.18/20



Publié dans classiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Kschoice 05/10/2009 12:45

Le découpage de l'histoire est pourtant simple...
De par le monde on observe des phénomènes bizarres...réapparitions d'avions ayant disparus pendant la seconde guerre mondiale, des bateaux également, ainsi que plusieurs personnes recevant des messages subliminaux, musicaux, ou chiffrés (latitude/longitude) tendant à prouver que des extra-terrestres cherchent à prendre contact avec les humains. Seulement l'armée ne l'entend pas de la même manière et organise une fausse contamination pour restreindre le lieu choisi (la fameuse Devil'sTower). Certaines personnes vont cependant braver l'interdit pour être au rendez-vous ultime.
C'est vrai que c'est long, mais le film s'inscrit dans un style contemplatif qui laisse le champ libre à Spielberg pour nous livrer des plans sublimes.
J'espère que tu pourras le revoir avec plus de recul et l'apprécier à sa juste valeur.

borat8 04/10/2009 22:19

Une fois quand il est passé à la télé,j'avais hâte de le voir.Mais au bout de quelques minutes,je ne comprenais rien!A part les gens qui ont vu des aliens et font des trucs bizarres,rien compris!Et puis c'est long!

Kschoice 04/10/2009 14:44

Tu rejoins donc l'avis de David, un peu plus haut, qui n'a pas apprécié plus que cela.
certes le film possède quelques défauts, nous sommes en 1977 et la SF changeait progressivement de style comme je l'ai dit dans l'article. La tendance, amorcée avec 2001 était désormais plus métaphysique, plus contemplative. On ne peut donc comparer ce film avec la saga Star Wars de son mai lucas, qui s'est tourné lui vers un tout autre style.
Ceci dit il est vrai que le film prend son temps, ce qu'aujourd'hui, la plupart des spectateurs n'apprécient pas forcément.
Perso je suis preneur, j'adore les films de 2h30 et + qui prennent leur temps pour nous raconter l'histoire. Le fait est qu'à l'époque, ce film a marqué un tournant dans la SF, après libre à chacun d'aimer le style ou pas.

borat8 03/10/2009 20:52

Sans être méchant,je me suis vraiment fait chier devant ce film qu'on dit comme très culte!Ennuyeux et rien retenus.

kschoice 12/11/2008 17:40

Tout à fait d'accord avec toi Boby...il est normal de ne pas aimer tout le travail d'un cinéaste ou même un film en particulier, même si ce dernier fait l'unanimité auprès de tous, mais il faut cependant savoir présenter des arguments valables, dire ce que l'on a pas aimé justement afin de se faire comprendre aux yeux des autres. Ce qui n'est pas le cas dans un commentaire de ce genre.
Merci du tien en tout cas Boby :-)