LA MARCHE DE L'EMPEREUR

Publié le

(France / 2004)

De Luc Jacquet
Avec Romane Bohringer, Charles Berling, Jules Sitruk

Sortie cinéma : 26/01/2005

Disponibilité Blu-ray : 15/10/2008

L'histoire des manchots empereurs et de leur cycle de reproduction est unique au monde. Elle mêle amour, drame, courage et aventure au coeur de l'Antarctique, région la plus isolée et inhospitalière de la planète.
Un scénario offert par la nature, qui se perpétue depuis des millénaires et que les hommes n'ont découvert qu'au début du XXème siècle.
La Marche de l'empereur raconte cette histoire extraordinaire...

Le film : 18/20

Bonne Pioche ProductionsEtrange et cruelle histoire naturelle s’il en est que cette marche frénétique, tantôt silencieuse, désespérée, parfois funeste, d’un peuple animal calibré par des millénaires de gestes répétés, une tradition profondément ancrée dans leur code génétique, qui leur interdit tout espoir de changement, d’adaptation…d’évolution. Pour nous, humains, tout cela n’est pas des plus logiques. Même les scientifiques n’arrivent pas à expliquer le pourquoi d’une telle marche pour ces manchots, d’une telle odyssée pour les tortues, baleines ou saumons qui traversent pendant des mois des océans, ou ici pendant des semaines une banquise hostile pour rejoindre l’océan où ils se sentent si bien.

En effet, si sur la glace ils sont plutôt maladroits (le terme manchot appliqué à une personne peu habile de ses mains vient de cet animal) ils se révèlent d’extraordinaires nageurs et pêcheurs sous l’eau.

En toute logique humaine, on se pose la question suivante…pourquoi ne pas rester près de l’océan, plutôt que de passer leur temps à marcher tout en affrontant les risques d’un tel périple ?

Il y a des mystères qui ne s’expliquent pas. Et c’est ici un de ces mystères qui nous est montré. De la parade amoureuse à l’éclosion de l’œuf, le rôle du papa nounou et de la mère pécheresse, les affres de la solitude, les morsures parfois mortelles d’un froid qui n’épargne personne, les prédateurs ailés ou sous-marins, les espoirs, les inquiétudes, les coups du sort qui feront perdurerBonne Pioche Productions ou abroger la vie…un « marche ou crève » terriblement sinistre dans sa beauté mystique.

Avec une évidence déconcertante, en choisissant des plans explicites, Luc Jacquet nous montre la joie de la découverte de la nouvelle vie, mais aussi la tristesse de voir cette vie fauchée par un seul souffle de vent glacé.

Les gestes et complaintes en disent long parfois sur les sentiments de ces animaux pourtant attendrissants.

De l’impérieux besoin de maternité de certaines femelles ayant perdu leur œuf, qui pour satisfaire leur envie iront jusqu’à kidnapper le petit d’une autre, aux va et vient incessant en quête d’une nourriture dont ils s’éloignent volontairement, le film comblera petits et grands, les uns par les commentaires simplistes, mais instructifs et poétiques, parfois teintés d’humour ou d’une triste fatalité, les autres par des images aussi belles que cruelles pour nous conter une histoire hors du commun qui nous transforme en témoins privilégiés d’une odyssée étrange et fabuleuse qui ne nous sera jamais visible de nos propres yeux.

Le Blu-ray : 12/20

Bonne Pioche ProductionsGrand fan de documentaires cinématographiques (à contrario des docs télé, ils possèdent plus de moyens logistiques dans la mise en image de leurs sujets), il était donc difficile de passer à côté de ce projet hors norme qui nécessita presque 1 an de tournage dans des conditions plus qu’extrêmes. Ne l’ayant pas vu en salles, je me suis donc rattrapé sur l’édition Blu-ray après avoir vu une bande-annonce plus qu’alléchante.

Peut-être aurai-je dû me renseigner plus avant sur les qualités techniques de ce Blu-ray, car si les paysages sont sublimes et invitent au voyage, ils ne sont absolument pas mis en valeur par une HD décevante sur bien des points.

Il est vrai que le documentaire (télé cette fois-ci) de la BBC Planète Terre avait placé la barre bien haut en terme de définition d’image. En effet, sur le coffret Blu-ray de la série, si les images sont quasi parfaites avec leur piqué hallucinant, sur le film de Luc Jacquet, on est bien loin des canons de la Haute Définition qui se transforme plutôt ici en un résultat en Haute Déception…

Allez…c’est parti pour tirer à boulets rouges sur ce disque…

Avec un générique aérien nous présentant la Terre Adélie où se déroule le tournage, on peut, dès les toutes premières secondes s’apercevoir que l’image est extrêmement bruitée, avec un manque plus qu’évident de définition. On se dit alors, attendons la fin du générique, ce n’est que passager comme c’est souvent le cas sur d’autres titres. Il n’en est rien, c’est parfois pire…même la plupart des gros plans, pourtant propices à une évidente HD qui se respecte, ne sont ici guère spectaculaires, malgré un piqué plus probant que sur les plans larges.

Mais il y a pire…les quelques séquences d’aurores boréales (pixels colorés), ou de pêche sous-marine, sont d’une laideur absolue, et l’on peut même y voir un trait vertical sur le côté gauche de l’écran, et un entrelacement de lignes en forme de grillage serré tout à fait hideux, surtout que cela s’ajoute à des plans parfois complètement floutés.

On peut également apercevoir quelques tâches blanches sur des plans d’icebergs bleutés, où l’image tellement compressée laisse également entrevoir quelques petits pixels colorés.

Heureusement, le son est, lui, à la hauteur, même si le film n’est en rien une œuvre prépondéranteBonne Pioche Productions à un festival d’effets sonores. Cependant, les chants des manchots, les tempêtes de neige, ou encore la musique d’Emilie Simon trouvent ici un bel écrin sonore dans une spatialisation DTS HD Master Audio de toute beauté, jusque dans le bruit limpide des gouttes d’eau s’écrasant au sol.

Vous l’aurez compris, cette édition Blu-ray sera donc une profonde déception pour les amateurs de belles images HD, et ne constituera en rien une galette démo comme aurait pu l’être ce film qui reste malgré tout un très beau témoignage d’une nature hostile et belle à la fois, et qui ne valorisera pas non plus les efforts déployés pour obtenir des plans parfois très spectaculaires.

Les bonus : 15/20

Modules complémentaires  SD (34’15)

- Prises de vues aériennes                              3’42

- L’arrivée des manchots                               2’10

- La manchotière                                           1’36

- L’œuf gelé                                                    0’56

- Le blizzard                                                   2’25

- Retour à l’eau                                              3’31

- Prise de son sous-marine                             1’32

- Tournage de nuit                                         2’30

- Eclairage sous-marin                                  2’17

- Température de l’eau 1,8°                           1’44

- Astuces de tournage                                    1’28

- Rex & Bobby (les copains manchots)          1’39

- La grue de tournage                                    1’24

- Le travelling                                                 1’37

- Face à la mort des poussins                         1’58    

- Les prédateurs                                              1’06

- Retour à l’océan                                            2’35

Ces plans spectaculaires justement…ils sont repris dans une version alternative du film qui affiche des fenêtres d’informations sur l’Antartique, la formation des glaciers, icebergs, ou encore les habitudes des manchots etc…ainsi que la possibilité lorsqu’une icône représentant un manchot s’affiche, de cliquer sur la touche OK de votre télécommande afin de voir la technique employée pour l’obtention de ces images.

Bien sûr cette technique, qui rappelle celle du lapin blanc dans Matrix, casse véritablement l’immersion du film. Aussi, il est possible, via le menu, de voir l’intégralité de ces modules complémentaires faisant office de making-of, dans son intégralité, ou par séquences détaillées (détail ci-dessus) qui passent en revue, les difficultés techniques, et la dangerosité d’un environnement imprévisible et changeant. La lourdeur du matériel, la sympathie des manchots, les blessures diverses, les états d’âmes des techniciens, la rudesse du climat etc…

  

Bonne Pioche Productions

  

Vous aurez aussi l’occasion de passer outre les commentaires des acteurs et actrice Charles Berling, Romane Bohringer et Jules Sitruk, incarnant respectivement papa, maman, et bébé manchot. Tout comme sur Home, qui reprenait déjà le concept initié par Godffrey Reggio et Philip Glass sur Koyaanisqatsi ou Ron Fricke sur Baraka, vous pourrez donc être comme un spectateur libre de ses sentiments que vous inspireront les images, délivrées de tout commentaire. A voir tout de même après avoir eu les explications fournies par ces dits commentaires.

Making-of  SD (46’02)

Interventions plus poussées du réalisateur Luc Jacquet et des techniciens Laurent Chalet et Jérôme Maison qui reviennent, entre drame et drôlerie, sur les difficultés du tournage mais aussi les formidables découvertes d’un continent de glace, source d’émerveillements permanents.

La remise en question de l’éthique même du réalisateur de documentaire qui, s’il est tenté d’intervenir devant la famine d’un peuple animal ou la tristesse de la mort des poussins, se doit absolument de rester neutre…après tout, ils ne sont pas censés être là.

Le making-of passe donc en revue le voyage qui amène l’équipe en terre Adélie, le matériel, les astreintes de tournage, les conditions climatiques et les problèmes liés à l’imprévisibilité des manchots.

Commentaire audio (passionné et sincère) du réalisateur Luc Jacquet, qui revient sur la genèse du projet, son parcours personnel, la difficulté de convaincre les décisionnaires et réunir les fonds etc…

Bandes-annonces  HD – La marche de l’empereur

-         Le renard et l’enfant

-         Les ailes pourpres

Les deux dernières BA étant en lecture directe à l’insertion du disque avant l’apparition du menu. Loin d’être une gêne car véritablement superbes et qui donnent envie de voir ces deux autres films.

Image 1920x1080 – Format 16/9ème 1.85.1

Son     Dolby Digital 5.1 / DTS HD Master Audio Français

            Et DD 5.1 pour la version sans commentaire, musique et effets seulement.

 

Sous-titres français Sourds et malentendants

Distributeur Blu-ray : Buena Vista Home Entertainment

Boîtier Carton

Film tourné en partenariat avec l’IPEV (Institut Paul-Emile Victor) sur l’exploration, la connaissance et  la protection du continent Antarctique.

 

Bonne Pioche Productions

 



Publié dans Côté BLU-RAY

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

kschoice 13/04/2010 18:44

Je me doute que ça devait être grandiose, mais bon...une petite faute de parcours, j'espère que les prochains docs ne feront pas la même erreurs pour le transfert HD.

borat8 12/04/2010 14:29

Je vais faire le salaud mais au cinoche c'était beau à voir.

kschoice 12/04/2010 12:29

Eh oui, c'est mon énorme déception, parce que la banquise à toujours été très ciné et photogénique, et sur le coffret Planète Terre, c'est de toute beauté...mais ici rien n'est mis en valeur. Au vu des images que le réal nous proposait, il y avait de quoi faire un super Blu-ray, mais que dalle...Fort dommage.

borat8 11/04/2010 21:59

Pas plus fan. C'est très beau mais pas trop fan des documentaires animaliers. Dommage que le BR est mauvais en qualité, car ça aurait été redoutable.